Electricité et gaz, comment 2021 est l’année de la transition énergétique du consommateur

offre-gaz-electricite

L’année 2020 est marquée par de nombreux changements du côté du monde de l’énergie : fin des tarifs réglementés, hausse des prix de l’électricité et du gaz, fin du déploiement du compteur Linky, etc. Ces différents changements, s’ils ne sont pas connus du consommateur, peuvent être difficiles à appréhender. Le rôle des différentes institutions autour de l’énergie est donc d’apporter de la pédagogie au consommateur, qui se retrouve de facto acteur de sa consommation à la maison.

Fin du déploiement du compteur Linky : le rôle du consommateur 

L’un des changements majeurs pour le consommateur en 2021 est l’arrivée du compteur Linky dans les foyers français. Depuis 2015, Enedis est chargée de déployer le compteur intelligent dans 35 millions de domiciles. A l’heure actuelle 28,5 millions de compteurs sont posés dans l’hexagone. Mais qu’implique la mise en place du compteur Linky ? Pour le consommateur, le compteur Linky apporte de véritables avantages. La mise en service, qui se faisait avant en 5 jours ouvrés, se fait désormais en 24h seulement et automatiquement grâce à la technologie à distance. Le prix de l’installation est également passé aussi de 23 euros à 14 euros. Un gain de temps et d’argent pour les foyers.

Attention, le maintenance à distance ne permet pas de couper les compteurs, pour ceux qui s’inquièteraient de devoir passer Noël dans le noir. Ce n’est pas tout, l’intérêt majeur du compteur Linky réside dans la gestion de la consommation de l’utilisateur. A partir de l’espace client Enedis ou d’un service tiers (avec le consentement du consommateur systématique), le consommateur peut accéder à sa consommation journalière mensuelle pour pouvoir ainsi l’analyser et l’optimiser. Pour les fournisseurs d’énergie, le compteur Linky implique que de nouvelles offres vont se créer, demandant aux fournisseurs de proposer des offres exclusivement adaptées au nouveau compteur. Certaines offres spéciales Linky existent déjà sur le marché comme l’offre d’Heures Super Creuses de Total Direct Energie ou l’offre Beaux Jours de OHM Energie. 

Le développement des offres vertes

Avec pour objectif d’atteindre la neutralité carbone en 2025, la transition énergétique doit avancer à grand pas. Et les consommateurs en sont bien conscient ! Si aujourd’hui, encore peu de fournisseurs d’énergie proposent des offres vertes “vraiment vertes”, on remarque qu’en Europe, l’électricité verte a représenté 32% de la production en 2019. L’AIB qui recouvre le registre européen des Garanties d’Origine a observé dans son rapport du 26 novembre 2019, une demande d’électricité verte en Europe de plus de 700 TWh alors que les Garanties d’Origine étaient au nombre de 150 en 2008. En France, les offres vertes sont encore à la traîne par rapport à ses pays voisins. Dans le rapport du Médiateur National de l’Energie de 2019, il est intéressant de voir que les Français sont intéressés par les offres vertes avec 61%. Si le prix est un frein indéniable dans le choix des consommateurs, le manque de clarté des offres vertes en est un autre.

La CRE (Commission de Régulation de l’Energie) appelle ainsi les consommateurs a plus de vigilance au regard des offres des fournisseurs dit “vert” alors qu’ils ne le sont pas forcément. Pour rappel, les fournisseurs qui se disent vert peuvent soit acheter de l’électricité  séparément des garanties d’origine (offres vertes “standard” selon la terminologie de l’ADEME) soit se fournir auprès de mêmes producteurs (offres vertes “premium”) en majorité de petites installations d’hydroélectricité françaises sinon des producteurs d’énergies renouvelables. Les comparateurs ont donc tout à jouer pour aider le consommateur à y voir clair parmi ces différentes offres. Pour le gaz, les offres de gaz vert sont bien moins nombreuses de par le fait de la nature même du gaz.

offre-gaz-electricite

La pédagogie : l’enjeu des acteurs de l’énergie

Face à ces nouveaux changements, le consommateur a inévitablement besoin d’être informé, entre les nouvelles offres, les compteurs de gaz et d’électricité qui changent…. Qu’ils soient fournisseurs d’énergie ou institutions publiques autour de l’énergie, les différents acteurs ont tous le même mot à la bouche : la pédagogie. Le marché de l’énergie est ouvert depuis 2007 à la concurrence, laissant le choix au consommateur de choisir parmi plus d’une trentaine de fournisseurs alternatifs : Total Direct Energie, Méga Energie, Iberdrola, Enercoop ou encore ekWateur pour les plus verts. Seulement voilà : les consommateurs n’ont pas forcément connaissance des droits au changement de fournisseur.

Si depuis quelques années on observe une montée des fournisseurs alternatifs, notez qu’en 2016, le Médiateur de l’Energie sortait une étude qui reflétait ce manque de connaissance : “L’organisation des marchés de l’électricité et du gaz naturel est encore aujourd’hui confuse pour les ménages français. La répartition des rôles des différents acteurs est toujours assez peu appréhendée du grand public. Par exemple, dans l’esprit collectif, l’image des fournisseurs historiques ENGIE (anciennement GDF SUEZ) et EDF est toujours fortement liée. Alors que ce sont deux sociétés différentes et concurrentes, leur dissociation n’est faite que par 28% des consommateurs.

Les professions et catégories sociales (PCS) supérieures sont encore une fois les foyers les plus au fait de cette information (36%). « Les fournisseurs d’énergie sont donc conscients que la pédagogie est au cœur de leur métier, mais ils restent aussi conscients qu’il faut d’avantage accompagner le consommateur au quotidien. Soit par le biais de leur communication, de leurs conseillers énergie ou bien encore via les services connectés pour “rendre l’information accessible et lisible par tout le monde.” souligne Christophe Lephilibert, CMO de Barry Energy.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *